Synthèse colloque :Renforcer la prévention du cancer du col de l’utérus en Occitanie

Le vendredi 30 novembre 2018 au Centre d’Enseignement et de Congrès Hôpital Pierre Paul Riquet avec


La prévention est un élément majeur de la santé publique, elle rejoint les questions de société et de débats public. Chaque acteur a son rôle à jouer dans la sensibilisation au dépistage précoce et à la vaccination contre le papillomavirus à travers le dialogue et la confiance qui fait cruellement défaut dans notre société. Le débat démocratique autour du vaccin est un point qui doit être soutenu par l’État et les collectivités. L’aspect pédagogique est essentiel afin de surmonter les difficultés liées aux aprioris sur la vaccination.


Plusieurs facteurs ont une incidence sur le risque de développer le cancer du col de l’utérus : l’âge, la région de résidence, ou encore la situation socio-économique. Certaines parties de la population sont difficiles à atteindre dans le cadre de campagnes de sensibilisation et de dépistage et cela entraîne souvent un retard dans la prise en charge. Elles développent une forme grave et difficilement soignable. Il est donc impératif de lever le frein financier et de mettre en place une sensibilisation la plus précoce possible. La Ligue Contre le Cancer en lien avec l’éducation nationale a réalisé au travers de la plateforme lig’up1 des formations ludiques, sensibilisant les enfants à des notions de santé. Un programme est également dédié aux enseignants sur cette plateforme.


En Occitanie, une faible partie de la population seulement est vaccinée contre les HPV2 . Fort de ce constat la Ligue nationale de lutte contre le cancer et le CESE ont formuler la proposition de vacciner dès la 6ème, filles et garçons. En effet les HVP sont aussi la première cause de cancer ORL qui touche majoritairement des hommes. Il est donc impératif de désexualiser les infections par HPV.


À la suite de ces constats, des actions ont été mises en place pour faciliter le processus vaccinal comme :

  • les actions des CPAM qui en région adressent des courriers pour amorcer un dépistage et une sensibilisation au vaccins HPV dès 11 ans.

  • un partenariat entre les structures de dépistages et l’assurance maladie permettant d’émettre des rappels pour la 2ème et 3ème dose afin d’éviter les abandons.

  • un partenariat entre pharmacien et comité territorial de lutte contre le cancer pour réduire le frein économique.

Afin de partager une information claire, nous avons évoqué des solutions ont été mise en exergue comme des calendriers de dépistages pares via les professionnels, la généralisation des comités territoriaux (associations, personnels médico-sociaux et médicaux), la généralisation des actions et délégations des tâches (frottis sans rendez-vous, etc.) et l’amélioration des informations publics. À travers D’après les études APACHE sur le dépistage du cancer du col de l’utérus et l’auto-prélèvement, nous savons que cette méthode fiable permet un taux de dépistage plus important. Cependant, l’autoprélèvement nécessite d’être accompagné par un professionnel de santé pour expliquer et et annoncer le résultat.

©2019 Observatoire de la Régionalisation

  • Localisation - Google Maps
  • Twitter
  • Facebook
logo nile.jpg