« Renforcer la prévention du cancer du col de l’utérus en Occitanie »

Mis à jour : il y a 2 jours

Groupe 3 « L’école comme levier pour la prévention à la santé »

Journée du 15 janvier 2020 Montpellier ICM EpidaureUne prévention efficace contre les HPV* oncogènes : Réponses aux fausses informations / Stratégies pour convaincre

*virus Papillomavirus Humains


« Pour être convaincants, soyons convaincus ! »


Une vraie question de santé publique

  • En France 10 000 cas annuels de cancers sont liés aux HPV, 40 % de ces cancers touchent les hommes. 35 000 lésions pré-cancéreuses du col sont traitées annuellement. Dans les deux cas les chiffres sont en augmentation.

  • La diminution de l’incidence de ces pathologies pourrait être fortement diminuée par la vaccination pour les garçons comme pour les filles

  • Nombre d’autorités de santé ont pris conscience de ce problème de santé publique et émis des avis en la faveur de cette vaccination en insistant sur la nécessité de concerner également les garçons

  • Or à ce jour, en France, cette vaccination n’est ni généralisée, ni obligatoire. Des obstacles restent à lever

  • En Occitanie, on estime la couverture vaccinale anti HPV autour de 20% des jeunes filles ce qui est nettement insuffisant

  • Les freins face à cet acte, relèvent principalement, de la défiance de la population envers les vaccins en général : mise en doute de leur efficacité, craintes émises par rapport à leur innocuité, séquelles d’épisodes maladroits dans la politique vaccinale en France (Hépatites, H1N1...)

  • Il a été démontré, notamment pour le HPV, que ces craintes étaient infondées et relevaient principalement d’une mésinformation voire désinformation des populations comme des professionnels.

  • Dans l’attente d’une prise de décision volontariste de l’Etat, pour généraliser cette vaccination, en la rendant obligatoire et gratuite, ce qui serait le plus court chemin pour une quasi éradication de ces lésions et cancers, il nous semble important de pouvoir travailler en Occitanie, sur l’acceptabilité par la population de cette vaccination afin de pouvoir l’augmenter de manière significative et efficace


Le HPV un cas à part ?


Les difficultés face auxquelles nous sommes confrontées

  • Pour la population en général, la question de l’utilité supposée d’un tel vaccin contre une hypothétique affection déportée dans un temps lointain pour un risque perçu comme minoritaire

  • Pour les parents, la question symbolique et affective d’un acte de santé sexuelle (appliqué à de jeunes enfants, jusqu’ici des jeunes filles) perçu comme inadapté au stade de développement de leur enfant, voire incitatif à leur sexualité précoce

  • Pour les enseignants, dans le même état d’esprit, les craintes de ne pas être ni légitimes ni compétents pour mener une information claire sur un sujet qui touche à l’intime à destination de leurs élèves

  • L’Ecole un point d’ancrage pour une politique concertée d’éducation pour la santé

  • L’Ecole au sens large en considérant l’Ecole comme un milieu entre sphère privée et publique, au sein et autour duquel gravitent nombre d’acteurs d’éducation et de santé, peut constituer un bon point d’ancrage pour une politique de promotion de la vaccination en général et de la prévention des Infections Sexuellement Transmissibles (IST) en lien avec les HPV en particulier

  • En Occitanie, l’Ecole qui accueille 1 000 000 d’enfants et de jeunes a toute légitimité (L’Education à la santé est inscrite dans ces missions régaliennes), grande pertinence (tous les enfants et jeunes concernés par cette problématique passent par l’Ecole) et pleine cohérence (textes et dispositifs) pour mener à bien des actions éducatives sur les thématiques relevant de la santé et de la citoyenneté avec leurs corollaires : éducation à la vie affective et sexuelle, éducation aux médias, développement des compétences psycho sociales, esprit critique ...

  • L’annonce faite par le Rectorat à Epidaure de la place prioritaire accordée à ces Valeurs dans le Nouveau Projet Académique 2019-2022 nous conforte dans cette approche et constitue un appui puissant


Une communauté éducative et de santé élargie, unanime.


  • La diversité des participants à la journée du 15 janvier à Epidaure, l’hétérogénéité de leurs contributions a fait la démonstration de la richesse du vivier de professionnels en lien avec une grande diversité de leur public tant du point de vue de leur localisation institutionnelle, territoriale que de la nature de leur public (patients, familles, enfants, jeunes, scolaires, précaires, etc..). On a ainsi pu remarquer des initiatives, des pratiques éprouvées

  • Cela constitue une richesse inestimable en Occitanie pour mener la lutte contre les HPV

  • Même si certains points éthiques ont pu être discutés (liberté de la personne par rapport à la vaccination), il ressort un consensus sur le fait de considérer la question des HPV comme un vrai problème de santé publique et leur prévention par la vaccination comme une priorité indiscutable

  • Un premier relevé de conclusions

  • Dans la démarche, tout en souhaitant la prise de décision politique la plus rapide possible pour généraliser la vaccination en la rendant obligatoire et gratuite, le groupe a identifié un certain nombre d’axes leviers. Nous présenterons dans un deuxième temps les actions proposées.


Axe de l’information

  • Il subsiste dans la population générale mais également chez les professionnels de la santé et de l’éducation à la santé des lacunes dans leurs connaissances en lien avec le HPV

  • Diffuser une information claire accessible à tous (littératie en santé), en insistant sur les 10 000 cas annuels de cancer et 35 000 lésions (dans le court terme)

  • Affirmer notre unanimité quant à l’utilité et l’innocuité du vaccin et notre indépendance quant aux groupes d’influence


Axe de la formation

  • Chaque professionnel doit pouvoir être un relais, un conseiller avisé

  • Tant dans la formation initiale que continue, des professionnels de santé que de l’éducation, saisir toutes les opportunités pour introduire a minima le sujet de la vaccination au mieux le HPV


Axe de l’Education

  • En terme de lutte contre les inégalités, l’Ecole et ses satellites par où transitent tous les jeunes d’Occitanie doit pouvoir proposer des actions éducatives de promotion de la santé sur la thématique de la vaccination et de la santé sexuelle


Premières grandes orientations opérationnelles

Être concertant

  • S’organiser en complémentarité sous une bannière et un discours uniques

  • Etablir un référentiel de connaissances avérées et de bonnes pratiques

  • Inventorier les ressources, démarches, projets existant

  • Interpeller et mobiliser les instances et institutions


Être créatifs

  • Être force de propositions (formations, démarches, outils...)

  • Initier des parcours éducatifs pilotes

  • Créer des événements (culturels, sportifs...)


Le 16 janvier 2020 à Montpellier, Pr. Jean-Christophe Azorin

©2019 Observatoire de la Régionalisation

  • Localisation - Google Maps
  • Twitter
  • Facebook
logo nile.jpg