Renforcer la prévention du cancer du col de l’utérus en région Centre-Val de Loire … 3 ans après

Mis à jour : mai 22

Renforcer la prévention du cancer du col de l’utérus en région Centre-Val de Loire … 3 ans après

Le 23 juin 2016 l’Observatoire de la régionalisation avec le soutien institutionnel de MSD vaccins rassemblait associations de patients, pouvoir public et professionnels de santé pour œuvrer à une meilleure prévention du cancer du col de l’utérus. 3 ans plus tard, nous vous faisons état des avancées dans la région Centre-Val de Loire.



Plan Cancer 2014-2019 : campagne Nationale de dépistage organisé du cancer du col de l’utérus

Une étude récente menée par Santé Publique France dresse une cartographie de l’incidence et de la mortalité des cancers en France entre 2007 et 2016. Concernant le cancer du col de l’utérus, ce sont 3.159 femmes qui sont touchées par cette maladie. Si ce cancer est en diminution depuis les années 1980, nous constatons que la vitesse de cette décroissance est en baisse.


Les objectifs du plan cancer 2014-2019 sont clairs : généraliser le dépistage organisé et atteindre un taux de participation de 80%. Associé à la prévention primaire, ce cancer pourrait devenir rare, à l’instar de ce qu’il se passe en Australie. Conformément à ce qui avait été annoncé par le plan Cancer 2014-2019, le programme de dépistage généralisé du cancer du col de l’utérus pour les femmes de 25 à 65 ans a été lancé à l’occasion de la semaine européenne du dépistage du cancer du col de l’utérus.


Depuis 2010, l’Observatoire de la Régionalisation met en mouvement les acteurs régionaux sur le sujet.


Estimation en région Centre-Val de Loire de l’incidence et la mortalité par cancer du col de l’utérus

La récente étude publiée par Santé Publique France sur l’incidence et la mortalité par cancer du col de l’utérus, montre que les départements de la région Centre-Val de Loire sont pour la quasi-totalité en-deçà de la moyenne nationale, les données récoltées allant de 2007 à 2016.

Figure 1 : rapport standardisés d'incidence lissés 2007-2016 par département de France métropolitaine

Chaque année, ce sont 122 nouveaux cas qui sont détectés, soit 6,4 cas pour 100 000 habitants ; un chiffre comparable à la moyenne nationale estimée à 6,6 cas pour 100 000 habitants.

Figure 2 : situation de la région Centre-Val de Loire par rapport à la France métropolitaine

Néanmoins, il reste des disparités importantes au sein des différents départements de la région. L’Indre-et-Loire affiche des scores bien supérieurs au reste de la région avec 34 nouveaux cas chaque année, là où l’Indre n’en compte que 13.

Figure 3 : estimation du nombre de nouveau cas en région Centre-Val de Loire par département

La région Centre-Val de Loire précurseur

En juin 2016, l’Observatoire de la Régionalisation, avec le soutien institutionnel de MSD Vaccins organisait le colloque « Renforcer la prévention du cancer du col de l’utérus en région Centre-Val de Loire et atteindre les objectifs fixés par le 3ème Plan Cancer ». Ce colloque, rassemblant l’ensemble des parties prenantes de la prise en charge et de la prévention de ce cancer, a donné lieu à 3 propositions émanant des 3 ateliers :

  • Atelier 1 : permettre aux professionnels de santé, au sens large, d’être mieux informés et intégrer la vaccination dans l’information sexuelle notamment dans le cadre scolaire

  • Atelier 2 : placer la vaccination parmi les axes prioritaires de la prévention sous le pilotage de l’ARS et mettre en place des actions de formations et d’information sur le terrain

  • Atelier 3 : mettre en place des rappels sur la vaccination HPV par l’Assurance Maladie et coordonner la politique de prévention au niveau des maisons de santé, et ajouter un volet vaccination à l’agenda de la Ligue Contre le Cancer.

En lien avec l’ARS, les associations de malades, la CPAM, les professionnels de santé, les différentes URPS, les acteurs décidaient de se mobiliser, notamment dans deux départements : l’Indre-et-Loire et le Cher.


Focus Indre-et-Loire

Dès 2011, l’étude VaccHPV37 évaluait le rapport coût-efficacité d’envoi de courriers d’information aux jeunes filles afin que l’ensemble du schéma vaccinal à 3 doses soit accompli : il a été conclu que la stratégie la plus efficace était d’envoyer un courrier dès qu’un retard dans le schéma vaccinal était constaté. Le CCDC en partenariat avec la CPAM se chargeait de cet envoi.


En 2014, ce schéma vaccinal a été revu préconisant deux doses espacées de six mois. Cette révision a entraîné la modification de la stratégie convenue suite à l’étude VaccHPV37 : l’ensemble des jeunes filles recevaient le même courrier suite à la première dose pour sensibiliser au fait qu’une deuxième dose était nécessaire. Ainsi en 2015, 79,6% des jeunes filles avaient reçu au moins 2 doses délivrées en 12 mois, soit 3 points de plus par rapport à 2014. En 2016, 1248 courriers ont été adressés aux jeunes filles ayant débuté une vaccination.


En juin 2018, une campagne de sensibilisation au HPV piloté par le Centre de Dépistage du 37 a été menée aux côtés d’acteurs sociaux. Des stands d’information ont été tenus par les CAF, CPAM et Médecine Universitaire durant cette période.


Un peu plus tard, la Ligue Contre le Cancer prend l’initiative de prendre en charge le ticket modérateur dans le cadre de la vaccination, permettant ainsi de lever le frein financier à l’accès à une prévention primaire. Aujourd’hui, le courrier d’information est envoyé automatiquement par la CPAM sans que le CDCC n’ait à intervenir.


Focus Cher

Dans le Cher, la Ligue Contre le Cancer 18 a, en coordination avec la CPAM et les pharmaciens qui s’attèlent à une diffusion large public, aussi mis en place le remboursement du ticket modérateur. Afin d’abonder dans le sens d’une prévention par les pairs, des ateliers Santé Ville ont été organisés en septembre 2018 dans les villes de Vierzon, Bourges et Saint Amand, mobilisant des femmes relais dans les quartiers nord du département.


Enfin, la CPAM 18 pilote la campagne de sensibilisation des professionnels de santé par l’envoi d’un courrier de sensibilisation aux professionnels intervenant dans la prise en charge des patientes : praticiens hospitaliers, gynécologues, médecins généralistes, sages-femmes.


Agir sur la formation

Dans le champ de la formation, le DIU -Diplôme Inter Universitaire- porté par la faculté de médecine de Tours intègre désormais un module sur la vaccination HPV. Afin d’aller plus loin, et toucher les promotions inscrites en amont de ce module, un projet de sensibilisation et de relance des anciens participants à ce DIU est en cours. Il vise à sensibiliser sur l’importance de la vaccination des filles et des garçons de 11 à 14 ans au travers d’un courrier de soutien avec un potentiel de 300 médecins généralistes atteints.


Et maintenant ?

Un comité de suivi élargit s’est formé. Ces actions autour de la prévention primaire doivent rayonner au niveau national et venir compléter les mesures prises dans le cadre de la prévention secondaire avec le dépistage organisé. Si ces courriers de relance ont montré leur efficacité, ils restent localisés dans l’Indre-et-Loire et le Cher. De la même manière, la question de la prévention primaire par la vaccination englobe celle de la désexualisation de la vaccination par la généralisation de celle-ci aux garçons de 11 à 14 ans. Si les annonces de la Ministre sont encourageantes sur le sujet, les aspects cultuels et socio-économiques constituent encore une barrière à la prévention contre le cancer du col de l’utérus. Les récentes expérimentations autorisées par l’article 60 de la loi de financement de la sécurité sociale pour 2019, sur 3 ans, en régions Grand-Est et Guyane permettront de progresser sur la prévention du cancer du col de l’utérus en France.


Liens utiles


Estimations régionales et départementales d’incidence et de mortalité par cancers en France, 2007-2016

Télécharger le livre d’actes du colloque « renforcer la prévention du cancer du col de l’utérus en région Centre-Val de Loire »

©2019 Observatoire de la Régionalisation

  • Localisation - Google Maps
  • Twitter
  • Facebook
logo nile.jpg